Une crampe peut survenir à n’importe quel moment. Après un effort physique ou bien pendant le sommeil, elle est très douloureuse. Si certaines disparaissent d’elles-mêmes en quelques minutes, d’autres sont plus tenaces. Il est pourtant possible d’anticiper autant que possible leur survenue et de soulager la douleur efficacement. Nous vous donnons ainsi 5 conseils pour soulager ces contractures musculaires rapidement.

joggeuse handicapée par une crampe

1er geste : vous hydrater abondamment

Lorsque vous sentez qu’une crampe arrive, il est indispensable de commencer par vous hydrater par petites gorgées, avec une eau riche en sels minéraux de préférence. Pendant une activité sportive, ce conseil est d’autant plus important que les contractures musculaires sont pour beaucoup liées au manque d’hydratation. Or, en plein effort notre corps a tendance à manquer d’eau plus rapidement. Certaines boissons sont fortement déconseillées, comme les boissons diurétiques, le thé, l’alcool, le café et autres boissons minceurs. L’hydratation est une solution naturelle contre les crampes.

2e geste : vous entraîner progressivement

Il est inutile de reprendre une activité sportive de manière excessive, surtout si cela fait longtemps que vous ne vous êtes pas entraîné. Mieux vaut donc y aller par étapes, progressivement, sous peine de souffrir de crampes plus ou moins douloureuses. En effet, le muscle doit être habitué petit à petit à sa dose d’effort pour pouvoir le supporter et s’adapter. Dans le cas contraire, il aura tendance à se contracter, d’où l’apparition de crampes. Ce conseil vaut également pour les sportifs plus réguliers, qui ne sont pas à l’abri de souffrir de ces crampes s’ils ne s’échauffent pas assez longtemps. Si après une activité sportive vous ressentez une crampe, étirez-vous et ne reprenez pas rapidement l’exercice. Cette solution est adaptée pour lutter contre les crampes récidivistes.

3e geste : des étirements en cas de crampes nocturnes

Il n’est pas rare de ressentir des crampes nocturnes. Afin de soulager ces sensations désagréables, pensez à bien étirez vos muscles avant le coucher, principalement ceux que vous savez habituellement touchés par les crampes. Pour le mollet, placez-vous face à un mur et penchez-vous en avant en vous appuyant contre le mur, les talons bien au sol. Votre posture doit être maintenue environ 10 secondes afin d’étirer vos mollets efficacement. Répétez l’exercice 5 fois en attendant environ 10 secondes entre chaque série. Si les crampes concernent principalement les muscles situés à l’arrière de votre cuisse, dans ce cas, vous pouvez placer une jambe tendue sur une chaise en face de vous, tout en fléchissant le buste vers l’avant.

4e geste : un massage sur les zones contractées

Si vous souffrez d’une crampe au niveau du mollet ou de la cuisse par exemple, ne paniquez pas. Dans la majeure partie des cas, il vous suffit tout simplement de masser délicatement les muscles contractés afin de retrouver petit à petit un soulagement. Vous avez tendance à souffrir de crampes récidivantes, avec ou sans fatigue musculaire ? En associant des huiles essentielles (romarin, menthe, épicéa) et des plantes comme la reine-des-prés et la plante de genévrier, vous obtiendrez un résultat à la hauteur de vos espérances.
Les principaux actifs de ces plantes et huiles sont nombreux : effet chauffant, réconfortant et décontractant, puissants antalgiques, elles sont aussi connues pour être anti-inflammatoires. Appliquez le gel sur l’endroit où vous ressentez votre crampe et massez par petits mouvements circulaires.
Si ce massage ne suffit pas, utilisez de la valériane pour son effet relaxant bien connu. Cette dernière solution est préconisée pour les personnes ayant tendance à avoir des raideurs musculaires régulières, ainsi que pour les personnes à partir de 60 ans. La valériane est en effet réputée pour permettre un relâchement musculaire. Elle fait partie des bons réflexes à adopter en cas de crampe.

5e geste : l’application d’un froid anesthésique

Appliquez du froid sur un muscle contracté a un effet quasi immédiat. En effet, le froid est réputé avoir un effet anesthésique important. Il ralentit l’influx nerveux et calme rapidement une douleur importante. En premier recours, cette solution peut être adoptée. Cependant, elle ne se suffit pas à elle-même et dans la majorité des cas vous devrez la combiner avec une autre solution annexe.
Si vous souffrez de problèmes cutanés, trophiques, infectieux ou encore d’artérite, il est fortement déconseillé d’opter pour cette solution. Pour tous les autres, vous pouvez choisir un gel de cryothérapie en sachet à maintenir au congélateur. Au moment de l’appliquer sur la zone douloureuse de la crampe, placez une serviette épaisse ou une housse entre le gel et la peau sous risque de vous brûler. Laissez ensuite agir pendant environ 10 minutes.